Le syndrôme de la page blanche

Mis à jour : mars 13

Le syndrome de la page blanche est une situation devant laquelle nous nous retrouvons paralysés, en panne d'inspiration. L'enjeu nous semble si important qu'une peur nous verrouille car une partie de nous-même ne se sent pas prête à... Pas prête à évoluer, pas prête à réussir, pas prête à quitter un modèle connu ou tout simplement, pas prête à se réconcilier. Il peut donc avoir dernière ce concept, une notion de conflit, d'ennemi que nous pouvons craindre en profondeur, sans forcément en avoir conscience. Et là où l'on craint ce qu'on peut qualifier d'ennemi (de son point de vue), c'est qu'il nous manque les armes pour se confronter à lui. Cette situation peut se présenter n'importe où selon les individus, tôt dans la vie ou tard dans la vie, chez soi ou à l'extérieur.


Mon expérience

Dans mon expérience, j'ai connu à plusieurs reprise ce syndrome, et il m'arrive encore d'y faire face. Je me sens bloqué, comme un lion en cage ou encore comme tout petit. Au plus loin que je me souvienne, ma première expérience de page blanche fut à l'école primaire, plus particulièrement pendant les examens de mathématiques et les rédactions de résumés de textes. Une horreur pour moi, c'est comme si l'on me demandait de pousser un tracteur avec les mains. Une pression s'installe dans mon crâne et je sens que c'est elle qui me bloque, une pensée obsédante tourne en boucle "je n'y arriverai pas, je n'y arriverai pas". J'ai 8 ans devant un poème, j'ai 11 ans devant une dissertation ou un contrôle de mathématiques, j'ai 13 ans devant une carte de géographie, à 14 ans pendant mon examen de saxophone devant un auditoire. J'étais un élève attentif et assidu, présent physiquement mais absent mentalement, ma tête était ailleurs. Il faut dire que ces cours m'ennuyaient, j'ai toujours été un créatif, et je me retrouve devant cette feuille ennuyeuse et pour quoi faire de toute façon ? Je me disais que ça ne me servirait pas dans l'avenir... douce innocence qui me berce ! A l'âge de 32 ans, avant de me reconvertir comme thérapeute, je travaillais dans le bijou à l'international. Je pars postuler pour un emploi de Designer bijoux à New-York. Le jour du recrutement, l'employeur me demande dessiner quelques bijoux. Le responsable de l'atelier me pose devant moi des pierres fines du Brésil taillées et polies qui ne demandent plus qu'à être valorisées, ainsi que des feuilles blanches et des crayons. J'ai 1h pour leur réaliser 5 modèles. Je n'avais jamais été exposé à une telle pression, pour moi c'était nouveau. Je suis resté 40 minutes devant ma feuille sans rien faire. J'ai rendu le travail pétri de honte et en voyant leur expression, j'ai tout de suite su que je n'aurais pas le job...




Analyse

Mais que s'est il passé à chaque examen ? Avec le recul, je peux dire que je souffrais d'un grand manque de confiance en moi et d'anxiété (ou manque de contrôle cérébral). Du côté de l'éducation, j'ai eu un père très exigeant qui n'a pas su m'apporter soutien dans les efforts que je devais fournir à mieux travailler. Quant à ma mère, elle a été absente souvent, c'était une femme très douce mais très investie dans son travaille, elle rentrait en général bien après 21h ou elle réalisait des gardes la nuit. Difficile d'étudier sereinement pour l'enfant qui se sent délaissé, livré à lui-même, il se sent en insécurité, le cerveau reste en alerte chronique, la fatigue mentale s'installe. Mon frère n'a pas vécu cela de la même façon, j'étais l'enfant sensible et émotif.

Les mécanismes de blocages. L'école représente l'extérieur à la maison, c'est donc la symbolique du père. Une problématique à l'école peut éventuellement révéler une problématique avec l'image de l'autorité et du cadre dont les premiers référents sont les parents. Au sein de ce cadre, il y a plusieurs matières, certaines seront plutôt liées au père, d'autres à la mère. Mon père était très bon en géographie, mais j'étais en conflit avec lui, il est possible que mes difficultés en géographie trouvent leur origine ici. Idem avec le lien à la mère et les mathématiques. De plus, étant moi-même dans une dominance créative, toutes les matières où il est question de classer, de structurer (rédaction, calcul, territoires géographiques) me posaient problème. Il n'y a pas de place pour l'artiste dans une école classique qui vous demande uniquement de copier et ranger dans votre tête. Mais revenons-en à notre feuille blanche... Je sais d'avance que je n'y arriverai pas. j'ai appris mes leçons, mais je ne sais pas faire, mon cerveau est en alerte, il s'emballe, je perds le contrôle, je suis paralysé, j'ai peur de ne pas bien faire et je crains d'avance les représailles. Echouer est plus simple pour moi, réussir quand on ressemble au vilain petit canard demande d'emprunter un chemin beaucoup plus long et sinueux. L'impact dans ma vie d'adulte a été la difficulté d'écrire mon histoire, la page blanche est un espace qui vous est offert pour vous exprimer librement. Seulement, comment construire sa vie quand on ne vous donne pas les outils pour devenir autonome ? Pourquoi mes parents n'ont pas pu faire mieux ? Pourquoi moi... Nous avons le sentiment parfois de subir sa vie, et c'est une réalité, nous ne pouvons pas agir complètement sur notre environnement.




Réduire les tensions familiales

Si j'avais été mon propre bon parent, j'aurai avant toute chose été à l'écoute de mon enfant, je l'aurais soutenu, je l'aurais rassuré, je l'aurais validé. J'aurais aussi peut-être cherché des manières d'apprentissage plus ludiques ayant un enfant créatif et recherché une école plus humaine où l'apprentissage est axé autour de la personnalité de l'enfant. La thérapie familiale Aujourd'hui, de nombreuses thérapies familiales existent, souvent 2 ou 3 séances suffisent à mettre en lumière les rôles inversés de chacun. Par exemple, l'aîné peut avoir à sa charge les autres enfants de la famille. Une fille peut soutenir sa mère malade, un fils peut être préféré au père, l'homme de la maison est délaissé, les conflits d'intérêt émergent.

Protéger la famille de l'entreprise L'entreprise n'est pas l'ennemi de la famille, mais elle peut s'avérer intrusive face à la demande croissante de travail. Ma mère qui s'occupait de la gestion d'un hôpital rentrait tard le soir, souvent après 21h. Elle pouvait parfois se mettre de nouveau à travailler sur son ordinateur, mais ce n'est pas tout. Le week-end elle pouvait être de garde ou faire des nuits selon son évolution au fil des ans. Le travail est entré dans le cercle intime. A table les sujets tournaient autour des problèmes professionnels. Aujourd'hui, avec le travail à domicile il devient nécessaire de cloisonner l'espace de travail de l'espace de vie, d'organiser son temps de travail en tenant compte du temps à consacrer à sa famille. En bon parent, vous protégerez aussi l'entreprise de votre sur-investissement au travail.


Quelles solutions pour votre enfant ou vous-même ?

La sophrologie pour améliorer sa concentration et sa mémoire L'un des buts de la sophrologie est de rendre la personne autonome dans la gestion de son stress et de ses émotions, elle responsabilise la personne et améliore sa qualité de vie. Le syndrome de la page blanche trahit un manque de concentration. Les premiers outils transmis sont la respiration, c'est grâce à elle que vous apaisez l'agitation mentale, mais cela ne suffit pas. Dans mon approche, j'ai choisi de transmettre un autre outil auquel j'ai été formé à savoir le contrôle cérébral. Cette méthode est transmise en cabinet ou en séances groupées, elle convient à toute personne âgée d'au moins 11 ans. Vous pouvez lire les bienfaits de cette technique en lisant l'article du Contrôle Cérébral, la maîtrise de l'équilibre mental. Avec un renforcement de votre mental, vous parviendrez à réduire le flot de vos pensées parasites pour être totalement attentif à la situation présente. Enfin, la pratique de la visualisation positive est une préparation mentale bénéfique le jour de l'examen que vous aurez l'impression d'avoir déjà vécu et donc d'arriver en terrain connu.




Soigner avec les fleurs

Les fleurs de Bach et autres fleurs contemporaines vont nous aider à cultiver les vertus opposées aux défauts qui créent le conflit. C'est à dire que mes pensées peuvent vouloir réussir l'examen, mais une peur profonde au niveau émotionnel m'empêcher de passer à l'acte. Pour le syndrome de la page blanche, nous pourrons faire appel à Citronnier pour clarifier et vivifier l'esprit, mais aussi Cosmos dans le cas d'une prise de parole. La fleur d'Iris nous aidera à faire usage de notre créativité pour dépasser le blocage, etc. Le flacon peut être personnalisé en cabinet. Alimentation Je ne suis pas un spécialiste dans ce domaine et il me semble bon de trouver des ouvrages sur le sujet ou de consulter un nutritionniste par exemple qui tiendra compte de votre personnalité ou celle de l'enfant. Manger léger est indispensable dans ces périodes afin de permettre au corps énergétique de soutenir le cerveau plutôt que les intestins. Considérez également les apports en compléments alimentaires qui permettent de réduire la tension globale du système nerveux central ou encore la vitamine C quotidiennement pour le dynamisme corporel. Pauses et jeu Enfin, n'oubliez pas de faire des pauses, ne pas les respecter c'est fatiguer votre cerveau qui sera moins réceptif à l'apprentissage. Organisez vos journées à l'avance dans ces périodes, la réussite ne s'improvise pas toujours. Le jeu dédramatise la situation et permet d'aller aux examens plus léger, ne laissez pas la peur vous dominer.


Conclusion

Il est donc possible de surpasser ce syndrome de la page blanche avec beaucoup de bienveillance et en respectant votre rythme. Rassemblez tous les éléments nécessaires à la réussite de votre projet, c'est un investissement sur le long terme bien moins coûteux qu'une répétition d'échecs. La progression est un accroissement, ce que vous investissez aujourd'hui sera récolté à l'avenir. Patience, détermination et visualisation au long terme vous permettrons d'atteindre vos objectifs. Si vous êtes parents, racontez votre histoire à vos enfants, montrez de temps en temps qui se cache derrière ce rôle si difficile. Ne faites pas de l'école un si grand enjeu pour l'avenir de votre enfant, demain se construit chaque jour et chaque nuit.